Dans une période durant laquelle le gouvernement est sourd à l’avis de la population qui souhaite le retrait de sa réforme des retraites et contre lequel il n’oppose que le fait que nous n’y comprendrions rien et de ne nous proposer que des mensonges quant à ses conséquences.

Dans une période durant laquelle notre ministre de tutelle vante une réforme destructrice du baccalauréat mais également sur diverses autres mises en œuvre dans notre ministère en présentant des arguments fallacieux. Alors que lui-même continue d’assurer effrontément que des mesures seront assurées pour éviter une baisse de nos pensions, ce qui n’est pas possible sauf à prendre des mesures budgétaires dans les prochaines lois de finances à une hauteur extrêmement importante. Il ne faut pas oublier non plus que depuis son arrivée au Ministère, nombreuses, sont les pressions, intimidations et convocations arbitraires à différents niveaux.

Dans une période, où la rectrice de notre académie a décidé de son propre chef d’ôter 9 postes de plus au premier degré de Basse Normandie que ce qu’avait annoncé le Ministre lui-même.

Sans oublier le fait que pas plus tard d’hier, une élue de la FSU ne s’est pas vue octroyé les mêmes droits que des élus d’autres OS, laissant potentiellement penser que les membres de la FSU sont ciblés par notre direction académique dans la suite de certains propos à notre encontre.

Pour tout cela, la délégation de la FSU de l’Orne a choisi de boycotter le CTSD de ce jour. Ce boycott n’a aucune incidence sur notre défense des collègues, des établissements et des conditions d’enseignements et d’apprentissages, puisque celle-ci entraîne la reconvocation à une séance pleine et entière la semaine prochaine (mardi 4 février). Il s’agit d’une affirmation d’opposition à une pratique politique. Nous l’affirmons haut et fort : nous n’en pouvons plus de cette politique injuste et inégalitaire comme des méthodes employées.

Bien que majoritaires (pouvant boycotter seuls les instances départementales), dans le but d’une recherche d’unité , nous avions proposé ce boycott et la déclaration allant avec à SUD éducation et à l’UNSA. Si Sud-Education a répondu favorablement à notre sollicitation , l’UNSA a refusé le boycott et la déclaration.

Vous trouverez ci-joint la déclaration effectuée.

déclaration boycott 28 janvier 2020

L’article de presse sur Tendance Ouest